• 6,98 m
  • 2,53 m
  • 0,65 m
  • 1 300 kg
  • 200 ch
  • 300 ch
  • 6
  • 2
  • 300 Litres
  • Option
  • Fibre de verre
  • C
  • Kelt - (17)
  • Longueur
  • Largeur
  • Franc-Bord
  • Poids sans moteur
  • Puissance conseillée
  • Puissance maximale
  • Passagers autorisés
  • Couchage(s)
  • Réservoir carburant
  • Réservoir eau
  • Matériau coque
  • Homologation CE
  • Constructeur

Extérieurement, le 228 porte haut et fort l’identité de la marque. Un profil de fishing américain, large sur l’avant et la ligne de pont avec un beau décroché à mi-longueur, le bateau ne manque pas d’allure. Derrière son étrave haut perchée et son vaste balcon, le Kelt affiche une allure équilibrée faisant la part belle à la vie dans le cockpit. Toutefois, son vaste pont surélevé sur la proue pour recevoir un bain de soleil le classe sans équivoque dans la catégorie sundeck pour toucher une cible plus orientée vers la famille et moins vers la pêche. En outre, le canot dégage une impression de puissance, impression encore accentuée par la robustesse de sa construction à l’image du solide balcon avant ou du liston inox, lui aussi de bonne facture.

  • Peinture de coque -
  • Leaning-post inox
  • T-Top inox
  • Coussins bain de soleil
  • WC chimique

De conception sundeck, le White shark reprend un schéma habituel pour ce type de bateau avec un vaste solarium avant (1,50 x 2 mètres) facilement accessible grâce aux escaliers latéraux de 30 centimètres. Bien protégé par le grand balcon, cet espace peut, une fois les coussins enlevés, offrir une belle plateforme pour les pêcheurs. En outre, on y trouve un grand coffre très pratique. La baille à mouillage se poursuit vers la delphinière de manière assez jolie même si l’ouverture donnant accès à la chaine est un peu réduite, mieux vaut ne pas avoir de problème. A contrario le maintien de l’ancre à poste est appréciable.

Assez avancé, le poste de pilotage laisse la part belle au cockpit, un bon point pour les amateurs de pêche ou simplement pour meubler ce dernier à l’envie. Pour l’occasion, nous disposions de l’option leaning-post inox avec, de surcroît une partie arrière modulable qui permet de former un petit salon de pont. Bonne idée aussi que l’assise réglable même si sa mise en œuvre et sa robustesse semblent un peu perfectibles. Implantée sur un coffre, lui-même intégré au bac moteur arrière, la banquette peut facilement accueillir trois personnes et, au besoin, on mettra en place la rallonge en lieu et place du passage vers l’arrière. Cet accès est d’ailleurs condamné par un portillon, une bonne chose pour les enfants en bas âge. Le rangement est de son côté généreux mais sans excès et, de manière générale, il faut bien reconnaître que le chapitre rangement ne constitue pas le point fort du bateau. Dans la plupart des cas, il faudra donc se rabattre sur la cabine pour stocker du matériel.

Partant du principe que l’on a privilégié le cockpit, la cabine affiche logiquement des dimensions un peu réduites même si en position couchage, on dispose d’une surface de 2,00 x 1,60 mètres avec toutefois une hauteur sous barrot limitée et un sérieux resserrement vers la proue. Elle pourra néanmoins dépanner, servir à ranger les affaires ou accueillir un wc. En outre, elle dispose d’un petit évier et d’un emplacement pour mettre un réchaud. Comme pour le reste du bateau, la finition est plutôt bonne même si en étant un peu tatillon, on s’aperçoit que certaines parties un peu masquées auraient méritées un meilleur traitement. Dommage aussi que les planches qui complètent le couchage soient si fines, mais dans l’ensemble, la prestation est correcte. On apprécie par exemple la poignée de remontée sur la plage de bain arrière, l’accastillage ou encore la sellerie (superbe dans cette version Silvertex). En revanche, l’emplacement des feux avant, placés derrière l’ancre, n’est vraiment pas optimum.... L’équipement est de son côté réduit à l’essentiel mais pas plus. Si l’on apprécie la présence du réservoir ou de la direction hydraulique, il est par exemple dommage que sur un sundeck, la sellerie de bain de soleil soit facturée au minimum 1 350 euros…

Donnez votre avis
White Shark 228-2

ACTUALITÉS

ESSAIS

DOSSIERS PRATIQUES

ÉQUIPEMENT

ESCALES

AGENDA

ANNUAIRE

ANNONCES

www.essaisnautiques.com
Sport individuel
Texte et photos Dominique SALANDRE
Clikango, annuaire de sites web
---Propriétaire d'un ------ White Shark 228 ?

Mentions légales - Partenaires - Publicité - Contact

©www.essaisnautiques.com 2011 - Toute reproduction entière ou partielle des photos ou articles est strictement interdite sans l'accord préalable de l'éditeur.

www.essaisnautiques.com est édité par D&S Médias

FICHE TECHNIQUE
Février 2012

Installé à la barre, on profite d’un poste de pilotage ergonomique et bien organisé. Les cadrans sont lisibles, l’emplacement réservé à l’électronique est correct et le vide-poche très pratique. Bon point aussi pour le vaste pare-brise sans montant à condition toutefois de ne pas être trop grand. Sur un plan purement dynamique, le moins que l’on puisse dire c’est que la carène du 228 ne nous plonge pas dans l’inconnu. Dès les premiers milles, on retrouve la marque de fabrique White Shark avec un bateau agile, conquérant, naviguant le nez légèrement relevé pour ne pas mouiller son équipage et profitant en sus d’un bon équilibre. Des qualités indéniables même si un relent de marsouinage subsiste encore, tout atténué qu’il soit. Cabine oblige, pour profiter vraiment de ce bateau, il ne faut pas hésiter à jouer avec le trim et à lui libérer le nez, il gagnera en confort et en vélocité. Pour animer les 1 300 kg à vide de la bête, le chantier autorise jusqu’à 300 ch sur le tableau arrière. Une puissance conséquente mais que le 228 devrait encaisser sans problème. Avec 250 ch, motorisation de notre essai, le canot se montre déjà véloce en atteste les 3,5 secondes pour déjauger et les 42 nœuds en pointe, des performances parfaitement en rapport avec le programme familial et polyvalent du bateau. Pour autant, nous vous déconseillons de descendre en dessous de 200 ch car le bateau perdrait en agrément.

Le White Shark privilégie la vie dehors avec un grand cockpit et un vaste solarium. Dommage que le matelas avant soit en option.

Fidèle à l’esprit de la marque, le 228 se tourne un peu plus vers une cible familiale. Au passage, il s’enrichit de quelques détails plus luxueux qui justifient encore un peu plus son positionnement haut de gamme. Cela fait de lui un héritier légitime et une valeur sûre à défaut de proposer un peu d’innovation.
- UN PROFIL INIMITABLE
- A LA BARRE
- AU FINAL
- Prix conseillés
  • 38 900 € sans moteur
  • 55 740 € avec 175 ch 2 T Evinrude E-Tec
  • 55 986 € avec 200 ch 2 T Evinrude E-Tec
  • 58 785 € avec 200 ch 4 T Mercury Verado
  • 65 824 € avec 300 ch 4 T Mercury Verado
  • 58 584 € avec 200 ch 4 T Yamaha
  • 62 410 € avec 250 ch 4 T Yamaha
  • 58 208 € avec 200 ch 4 T Suzuki
  • 60 823 € avec 250 ch 4 T Suzuki
WHITE SHARK 228
Sundeck
38 900 €
ESSAI
  • 6,98 m
  • 300 ch maxi
  • 6 personnes
White Shark 228
UN DIGNE HÉRITIER
A partir de
- UN AMÉNAGEMENT PLUTÔT AXÉ VERS LA FAMILLE

Le Crouesty (56), mer calme, vent faible, 250 ch 4 temps Yamaha, hélice 19', 2 personnes à bord

- Options conseillées
- Mesures dynamiques
  • Allure générale
  • Leaning-post modulable
  • Espace à bord
  • Epaisseur planches cabine
  • Nombre d'options
  • Position feux avant
Les concurrents
  • Longueur ---------- 7,35 m
  • Largeur ------------ 2,50 m
  • Poids --------------- 1 800 kg
  • Prix ---------------- 65 930 € (2)
Key west 225 WA
Trophy 2302 WA
capelli cap 25 WA
  • Droits sur la coque
  • Droits sur le moteur
  • Prime d'assurance moyenne
  • Franchise assurance moyenne
- Taxes et assurances
  • Longueur -------- - 6,80 m
  • Largeur ------------ 2,55 m
  • Poids --------------- 1 315 kg
  • Prix ---------------- 43 073 € (1)
  • Longueur ---------- 7,01 m
  • Largeur ------------ 2,59 m
  • Poids --------------- 1 860 kg
  • Prix ---------------- 71 032 € (2)
- Vitesses mesurées (en noeuds)
Capelli Cap 25 WA
Trophy 2302 WA
Key West 225 WA
Lire les 0 avis pour ce bateau
AVIS DES LECTEURS
Sundeck
<--- Revenir à la liste des essais
- Principaux équipements de série
  • Volant cuir
  • Pompe de cale automatique
  • Réservoir 300 litres
  • Échelle de bain
  • Direction hydraulique
  • Feux de navigation
Déjaugeage
(1) sans moteur - (2) avec moteur

Télécharger gratuitement cet article en PDF

NEWSLETTER

LES FICHES OCCASIONS

• CARACTÉRISTIQUES

• APPRÉCIATIONS

• CÖTES

INDISPENSABLES AVANT D'ACHETER UN BATEAU D'OCCASION
Conso moyenne Icomia
0 à 20 noeuds
Régime Déjaugeage
3 300 tr/mn
4,1 sec
20,33 l/h
3,5 sec
Si son look et son patronyme évoquent souvent une marque américaine, la gamme White Shark est pourtant française puisque créée par le chantier Kelt à Vannes à partir de moules d’anciens Chris Craft. Désormais dans le giron du Groupe Poncin, les bateaux sont fabriqués à Marans en Charente Maritime. Si le 228 n’est pas vraiment une nouveauté 2012, le déménagement de l’usine a un peu retardé sa commercialisation ce qui fait que peu d’exemplaires ont déjà pris la mer.
  • 6 195 €
  • 1 997 €
  • 7 947 €
  • 1 351 €
  • 233 €
Remerciements MB Marine (Le Crouesty - 56)
Essai vidéo
  • 0 €
  • 0 €
  • 580 €
  • 520 €
Le 228 est l’héritier d’une longue lignée qui, au fil du temps, s’est taillée une solide réputation auprès des pêcheurs mais aussi auprès de ceux qui apprécient les bateaux de caractère et surtout les bateaux marins. Plus familial, le petit dernier se veut aussi un peu plus cossu.