La marque Polaris, dont les embarcations sont conçues et fabriquées au Canada, s’adresse avant tout aux usagers professionnels. Bateaux à passagers, bateaux de plongée, pêcheurs professionnels ou administration sont ainsi ses principaux clients. Ce modèle à propulsion jet a quant à lui été pensé pour les zones difficiles et peu profondes.
  • Longueur
  • Largeur
  • Franc-Bord
  • Poids sans moteur
  • Puissance conseillée
  • Puissance maximale
  • Passagers autorisés
  • Couchage(s)
  • Réservoir carburant
  • Réservoir eau
  • Matériau coque
  • Matériau des flotteurs
  • Dimètre des flotteurs
  • Compartiments
  • Homologation CE
  • Constructeur
  • Importateur
  • Pompe de cale
  • Echelle aluminium
  • Mains courantes aluminium
  • Protection d'étrave aluminium

Avec sa carène en aluminium très robuste et ses flotteurs réalisés dans du tissu Orca lourd, le Neptune 17.6 ne laisse pas planer le doute quant à son origine professionnelle. Tout sur ce bateau semble taillé dans le roc avec parfois une impression de démesure. Pas de doute, le semi-rigide est fait pour durer. Une philosophie héritée de son premier marché, celui des administrations et autres usages spécifiques.

Même esprit à l’intérieur où le Polaris affiche aussi sa différence à commencer par le poste de pilotage, composé d'une console jockey positionnée très en avant, à l’anglaise. Un choix pensé pour le pilotage sportif et qui libère également de la place pour circuler. Dommage qu’elle soit tout de même un peu haute. Sur l’arrière, une banquette peut accueillir trois personnes et l’ensemble dissimule des rangements, que ce soit sous le siège pilote, sous la banquette ou dans le compartiment arrière. Dommage encore que l’ouverture de ce dernier rangement ne soit pas facilitée à cause de l’absence de poignée. On dispose sur la proue d’une baille à mouillage plutôt bien pensée et de nombreux points pour amarrer le bateau. Esprit professionnel oblige, la finition est un peu « brut » que ce soit pour l’aluminium ou les selleries. Enfin, concernant l’équipement, chaque bateau est réalisé à la demande du client ce qui permet donc à celui-ci de choisir de manière précise sa configuration.

Donnez votre avis

ACTUALITÉS

ESSAIS

DOSSIERS PRATIQUES

ÉQUIPEMENT

ESCALES

AGENDA

ANNUAIRE

ANNONCES

www.essaisnautiques.com
Sport individuel
Texte Dominique SALANDRE - Photos DR
Clikango, annuaire de sites web

Vous êtes propriétaire d'un

Polaris Neptune 17.6 Jet ?

Mentions légales - Partenaires - Publicité - Contact

©www.essaisnautiques.com 2011 - Toute reproduction entière ou partielle des photos ou articles est strictement interdite sans l'accord préalable de l'éditeur.

www.essaisnautiques.com est édité par D&S Médias

FICHE TECHNIQUE
Janvier 2012

Long de 5,40 mètres, le Neptune embarque un moteur Mercury Optimax de 250 ch une puissance remarquable même si en sortie de turbine, on doit se contenter d’environ 150 ch, système jet oblige. Qui plus est, l’ensemble accuse 453 kg à vide ce qui justifie déjà une telle puissance. En dehors du rapport poids/puissance, ce choix technique a été fait pour permettre au bateau d’évoluer dans des endroits à faible profondeur sans risquer de casser une hélice. Côté carène le V relativement modéré de celle-ci est en revanche bien secondé par deux énormes bouchains latéraux. En outre, elle se démarque par une forme dotée de « facettes » et par de grosses virures.

Une fois en action, le Polaris reste toutefois un peu déroutant, du moins au début. Si la coque en elle même ne souffre pas de reproches majeurs avec un ensemble conquérant et plutôt bien équilibré, qui va chercher à passer au-dessus de la vague, l’utilisation de la propulsion jet surprend un peu plus, y compris quand on est habitué des jets-ski. Contrairement à un jet, le Polaris n’accroche pas l’intérieur de la courbe mais vient se poser sur son flotteur. Une attitude qui le rend moins incisif et qui le fait déraper un peu plus voire partir en crabe. Dès lors, il faudra intégrer ce phénomène est préparer ses changements de direction de manière plus « soft ». Une fois que l’on a compris cela, le Neptune se faufile partout, que ce soit le long d'une plage, dans une rivière peu profonde, voire en zone marécageuse.

Reste les performances et en la matière, si le semi-rigide canadien n’affole pas les compteurs, il file tout de même à plus de 36 nœuds avec le Mercury de 250 ch et cela, dans des endroits parfois improbables…. Pour les moins téméraires, on peut cependant se contenter de 175 ch mais, turbine oblige, le choix de motorisations disponibles est un peu limité

Esprit professionnel oblige, l'aménagement est assez basique, pas forcément très flatteur à l'oeil mais extrêmement robuste. Bon point aussi pour les nombreux rangements.

Plutôt atypique, ce semi-rigide est d’abord un outil de travail conçu pour des conditions extrêmes et particulières. Il s’adresse donc en priorité aux pompiers, militaires ou autres administrations ou à ceux qui cherchent un engin spécifique pour rejoindre une villa dans certains petits coins presque inaccessibles...
UN DESIGN D'INSPIRATION PROFESSIONNELLE
A LA BARRE
AU FINAL
- Prix conseillés

34 490 €

avec 250 ch 2 Temps Mercury Optimax Jet

POLARIS NEPTUNE 17.6 Jet
Semi-rigide
35 490 €
ESSAI
  • 5,40 m
  • 250 ch maxi
  • 10 personnes
Polaris Neptune 17.6 Jet
Rase cailloux à 35 nœuds !
Prix
Avec sa carène en aluminium très robuste, son allure professionnelle et sa propulsion jet, ce semi-rigide fait un peu figure d’ovni dans le paysage nautique. Pourtant, il ne vient pas de mars mais du Canada, une contrée aux conditions parfois rudes. Près pour le rase cailloux ?

La Rochelle (17), mer plate, vent faible, moteur 250 ch Mercury 2 temps Optimax Jet, Turbine, 4 personnes à bord

- Options conseillées
- Mesures dynamiques
  • Fabrication
  • Rangements
  • Tirant d'eau
  • Console trop haute
  • Motorisations limitées
  • Pilotage surprenant
  • Droits sur la coque
  • Droits sur le moteur
  • Prime d'assurance moyenne
  • Franchise assurance moyenne
- Taxes et assurances
- Vitesses mesurées (en noeuds)
Lire les 0 avis pour ce bateau
AVIS DES LECTEURS
Semi-rigide
<--- Revenir à la liste des essais
- Principaux équipements de série
  • Pompe à pied
  • Nettoyeur grille crépine
  • Anneaux de levage
  • Réservoir 150 litres
Déjaugeage

Télécharger gratuitement cet article en PDF

NEWSLETTER

LES FICHES OCCASIONS

• CARACTÉRISTIQUES

• APPRÉCIATIONS

• CÖTES

INDISPENSABLES AVANT D'ACHETER UN BATEAU D'OCCASION
Conso moyenne Icomia
0 à 20 noeuds
Régime Déjaugeage
3700 tr/mn
8,3 sec
---
6,1 sec
Même si sa coque n'affiche pas un V très marqué, le Polaris sait parfaitement gérer l'élément liquide, un peu moins les virages...
  • 315 €
  • 650 €
  • 410 €
  • 620 €
  • 0 €
  • 0 €
  • 350 €
  • 180 €
  • 5,40 m
  • 2,49 m
  • 0,50 m
  • 453 kg
  • 175 ch
  • 250 ch
  • 10
  • 0
  • 150 litres
  • Non
  • Aluminium
  • Orca Pennel
  • 0,61 m
  • 4
  • C
  • Polaris (Canada)
  • Passion Power Boat (16)